Giuseppe Lazzarotto - Homepage
Giuseppe LazzarottoGiuseppe LazzarottoGiuseppe Lazzarotto

Biographie de Giuseppe Lazzarotto_

11/2/1909       Naissance de Giuseppe Lazzarotto à Valstagna, premier des 8 enfants de Giacomo Lazzarotto (Giaco Martini) et de Filomena Cavalli.

1916    Giuseppe se souvenait d’avoir vu de chez lui, la “Brigata Sassari” qui montait sur les hauts plateaux de Asiago, précédée de la bande musicale qui jouait “Le soldat amoureux”; il se souvenait en outre que sa grand-mère Beppa avait offert quelques tranches de polenta et du fromage aux soldats.

1917    Après Caporetto et à cause de l’avancement dangereux du front, tous les habitants de Valstagna sont évacués et Giuseppe et sa famille vont à Benevento.

1919    Ils reviennent à Valstagna, ville en ruine. La famille s’installe a Fontanella, aux pieds de la “Calà del Sasso”, près de Asiago. Le père Giacomo crée une petite entreprise de construction - avec toutes les destructions causées par la guerre, le travail ne manquait pas - ce qui permet à la famille de vivre aisément pendant un certain temps. Giuseppe aide sa famille en faisant quelques travaux, comme emmener les chèvres dans les pâturages. Son père fait un don de 1.000 lires pour constituer une bande musicale. Malheureusement, les coopératives connaissent une crise due à l’absence de financements et beaucoup d’entreprises, comme celle de son père, font faillite.

1924    Giuseppe et son père émigrent en France, à Unnecurt en Alsace-Lorraine.

1925    Toujours avec son père et quelques concitoyens, il va ensuite à la Tour du pin dans l’Isère, où il travaille dans une corderie. Quelque temps plus tard, il rentre à Valstagna avec son père.

1927    Giuseppe a 18 ans et n’a pas de travail; avec un vélo prêté par une tante, il va a Venaria Reale (Turin). Dans ces années-là, de nombreux travaux publics et privés étaient en cours à Venaria, comme un village destiné aux ouvriers de Snia Viscosa, des écoles, etc. Ainsi, Giuseppe réussit à trouver du travail. Il est ensuite embauché chez Otis, puis chez Martiny où il apprend le métier d’électricien.

1930    Il fait son Service Militaire dans les Alpins à Vérone. Parmi ses compagnons d’armes, il se souvient de Dondi Dell’Orologio qui l’appelait “Sagoma”. Pendant son service, il est également préposé à récupérer les corps sur les monts de la Guerre.

1931    Il termine son service militaire et revient dans sa famille à Venaria Reale (TO).

1932    La famille revient à Valstagna à cause de la santé fragile de sa mère Filomena. Il y retrouve la misère et la faim.

1933    Avec d’autres habitants de la ville, il est engagé pour l’assainissement de l’Agro-Pontino, et certains d’entre eux resteront définitivement dans le Latium.

1934    Son père meurt dans un accident de travail en montagne, le vendredi Saint: un rocher se détache de la paroi et le frappe à la tête alors qu’il coupait du bois. Pour l’enterrement, la bande musicale qui n’existait plus depuis longtemps est recomposée pour lui rendre hommage. Giuseppe, l’aîné des huit enfants, doit s’occuper de la famille et la nourrir. Il fait de nombreux travaux y compris le trafic du tabac, comme beaucoup font dans le Canal de Brenta.

1938    Il retourne à Venaria Reale où il travaille pendant plusieurs mois aux “Usines Réunies Industrie Pneumatiques Torino”.

1939    À Venaria Reale il se marie avec Adèle Pellin, originaire de sa région. Leur premier enfant Luciano voit le jour; Giuseppe, lui, est mobilisé dans la région nord de Cuneo. Le 5/11/1939 il quitte l’armée et est embauché aux Ferriere Fiat comme électricien. C’est dans le monde de la Ferriera qu’il connaît et fréquente des anarchistes, ouvriers toscans provenant des zones métallifères de la Toscane, qui lui font connaître le marxisme.

1941    Naissance de Marisa. C’est à cette période qu’il commence son activité de propagande contre le fascisme et contre la guerre.

1944    Naissance de Giovanna. Il entre clandestinement dans les Vallées de Lanzo le 4/5/1944. Au cours de cette période de résistance, il réalise ses premiers dessins au fusain et à l’encre de Chine, il dessine sur le papier buvard des Papeteries Burgo de Germagnano, village des Vallées de Lanzo.

1945    Lors d’un ratissage, il est blessé. Il a la charge de commandant de détachement à l’intérieur des formations de partisans , connu sous le nom de bataille: “Proletario”. Il revient dans sa famille à Venaria le 7/6/1945 et reprend son travail chez les Ferriere de la Fiat.

1948    Il perd son fils aîné Luciano. Il suit des cours de peinture chez Venanzio Zolla tout en continuant à travailler comme ouvrier. Il rencontre Francesco Menzio au Palais Carignano et fréquente la Promotrice des Beaux Arts de Turin.

1951    Il reçoit à Turin le 1° prix à l’ “Exposition des Travailleurs”. On le compte parmi les animateurs du “Groupe de Promotion des Arts parmi les travailleurs”.

1952    A la demande du Prof. Menzio, qui lui paie son billet de train, il va visiter La Biennale de Venise.

1953    Il expose ses premières œuvres lors d’expositions collectives à la Promotrice des Beaux-arts et au Palais Chiablese.

1955    Encouragé par le Prof. Menzio, il se rend à Milan pour visiter l’exposition de Caravaggio. Il expose à Biella avec Guttuso, Manzù, Zancanaro et Treccani à l’exposition sur la Résistance.

1956    Alors qu’il est en train de peindre à l’extérieur de La Biennale de Venise, un passant attiré par son travail s’arrête, se présente et félicite vivement Giuseppe pour son travail. Ce passant est Andrei Goubert, le conservateur du musée Puskin de Moscou. Giuseppe lui offre le tableau, que Goubert exposera ensuite dans une salle de ce musée.

1961    Première exposition personnelle à la Galerie Caver de Turin. Menzio s’occupe du catalogue et de nombreuses critiques peuvent être lues. Il avait déjà participé à plusieurs expositions collectives, entre autres celle de la Bourse du Travail de Turin.

1969    Il prend sa retraite d’ouvrier (août) et en octobre il revient définitivement à Valstagna avec son épouse.

1970    Il est élu conseiller de minorité à Valstagna.

1989    Sa femme Adele meurt à l’âge de 70 ans.

2001    Il expose une dernière fois à l’exposition des oeuvres choisies “Lieux de vie et de mémoire” à Bassano del Grappa.

27/8/2002 Il meurt à Valstagna à l’âge de 93 ans.